** Livraison gratuite dès 15 euros d'achats **

Qui a inventé le savon ?

Qui a inventé le savon ?

Aussi loin que les hommes ont commencé à faire attention à leur hygiène, le savon a toujours fait partie de leur vie. Peut-être pas toujours sous les formes qui sont connues aujourd’hui, mais ce qui est sûr, c’est que le savon a toujours été le compagnon préféré de propreté de l’homme. En effet, plus de 4000 ans d’histoires existent entre l’homme et le savon, une histoire d’amour avec ses hauts et ses bas, mais qui à priori est faite pour durer. Qui a inventé le savon ? Ou plutôt quelle civilisation est à l’origine de la fabrication du savon ? Il est temps de le découvrir.

Le savon et les hommes, 4 000 ans d’histoire, rien que ça !

Selon des archives, cela fait environ 4000 ans que les hommes se servent du savon, ou plutôt de certaines formes de savons dans le cadre de leur hygiène. La première forme de savon connue est celle des Sumériens. Il s’agit alors d’une pâte de savon faite à base de graisse et mélangée à du carbonate de potassium.

Le carbonate de potassium, justement les Égyptiens à cette époque utilisent déjà un détergent semblable pour laver leur linge et non pour leur toilette au quotidien. En dehors de la lessive, les Égyptiens utilisent ce détergent naturel comme une sorte de remède contre des maladies de la peau.

invention du savon

Le savon, produit de la Gaule

Il faut dire que selon la considération de Pline, c’est aux Gaulois que le monde doit la découverte de son outil hygiénique préféré. Selon cette considération, les Gaulois se livraient déjà à la fabrication de savon en utilisant de la graisse animale (suif), mélangée à de la cendre blanche de bouleau.

Ce savon leur permettait notamment de teindre et de lisser leurs cheveux. Quoiqu’il en soit, ce sont les Romains qui grâce à leurs conquêtes, vont réellement propager et vulgariser l’utilisation du savon.

Eux-mêmes qui jusqu’ici n’en faisaient pas usage malgré toute la rigueur qu’ils avaient quant à l’hygiène, et surtout l’hygiène corporelle. Bien qu’ils n’avaient pas recours au savon, ils utilisaient tout de même des bains dans lesquels étaient ajoutées des plantes reconnues pour leurs vertus nettoyantes.            Le savon ne va donc connaître une réelle expansion que lorsque les Romains s’y intéresseront au début du siècle II apr. J.-C.   

Les Romains entrent dans la danse

Les Romains qui jusqu’ici se contentaient d’eau et de produits désodorisants pour leur hygiène vont découvrir le savon et vont l’adopter, avant d’en commencer la production de masse. Pour ce faire, ils utilisent la potasse comme principal ingrédient.

Dans les ateliers de savonnerie, les chercheurs ont découverts dans la ville romaine de Pompéi, des preuves de l’industrialisation du savon par les Romains. Des matières grasses saponifiées, des fourneaux, des cuves de pierre ou encore des ustensiles et des outils de toute sorte avec des débris de savon étaient bien conservés.

C’est ainsi que le savon commence à prendre de la valeur, tout particulièrement auprès des dames, et à coûter une petite fortune. En effet, les dames y ont recours pour lustrer leurs importantes chevelures. Le savon devient même un outil prestigieux que seuls les riches peuvent s’offrir le luxe d’acheter. Les pauvres qui n’en ont pas les moyens se contentent d’eau et de certains produits naturels aux propriétés détersives pour leur hygiène.

Le monde adopte le savon…

C’est à partir du VIIe siècle que les choses sérieuses vont commencer pour l’industrie du savon, et les Arabes n’y sont pas pour rien. Même si les Romains fabriquaient déjà des savons durs et des savons liquides, à priori, les Arabes vont en améliorer la consistance.

Ils fabriquent ainsi des savons plus durs et plus fermes, ceci en se servant de plantes maritimes contenant de la soude qu’ils mélangent à des corps gras. Grâce au commerce des Arabes, l’industrie du savon va gagner les côtes européennes via la méditerranée, et notamment sur les côtes espagnoles.

Espagne, l’Italie, Marseille, les portes d’entrée du savon en Europe

À partir du XIe et du XIIe siècle, le savon va connaître un essor considérable en Europe, surtout avec le développement du coton. Les savonneries se font de plus en plus nombreuses à travers l’Europe.

Cependant, selon certains auteurs, c’est dans la ville italienne de Savone que les premières savonneries voient le jour, ce qui pourrait expliquer l’origine du nom donné au savon. Pourtant, les faits laissent croire que c’est à Marseille en France que le véritable berceau du savon s’est constitué à cette époque.

A priori, les villes de Savone et de Venise n’étaient que des concurrentes, car c’est par le port de Marseille que transitent les matières premières et les parfums pour la fabrication du savon. Dès lors, fini les graisses animales dans le savon.

À Marseille, des savons sont désormais fabriqués à base d’huile d’olive et de produits qui les rendent doux pour la peau : c’est la naissance du savon de Marseille, le type de savon qui fera bientôt la popularité de la ville à travers le monde entier.

fabrication artisanal savon saponifié à froid

Le savon s’étend au reste de l’Europe et du monde

La France et plus précisément Marseille est sans doute la plus grande pionnière de l’histoire du savon, après les Romains dans l’antiquité. C’est même le roi Louis XIV qui va produire le premier texte de loi réglementant la production et la vente du savon dans le royaume.

Il s’agit de l’édit du 5 octobre 1668, une loi qui permettra aussi de limiter certaines fraudes et contrefaçons dans le secteur de la savonnerie. Cette réglementation est nécessaire, car le savon est alors devenu indispensable, surtout pour la haute société qui est très à cheval sur l’hygiène.

C’est donc ainsi que depuis la France et l’Italie, les savons sont exportés partout ailleurs en Europe, notamment dans des pays comme la Hollande, la Pologne et surtout l’Allemagne. Le savon s’exporte aussi au reste du monde, notamment via les colonies et aussi en Amérique.

Le savon des temps modernes

Aujourd’hui encore, le monde a beau traversé l’une des pires crises sanitaires de son histoire, devinez quel est le meilleur outil pour y faire face ? Oui, c’est encore le savon qui est la meilleure arme des hommes face à une pandémie meurtrière.

Le savon a donc traversé les âges et bravé toute l’histoire de l’humanité pour devenir aujourd’hui un élément incontournable et indispensable à une hygiène de vie impeccable.

La forte industrialisation que les hommes font de cet outil de nos jours ne doit cependant pas faire oublier qu’à l’origine, le savon est un produit naturel. Avant le savon, les hommes se servaient d’ailleurs de plantes aux propriétés argileuses et riches en saponine.

En effet, à la base, le savon est un produit fait à base de plantes et d’éléments naturels. Ainsi, le procédé de fabrication restait artisanal, ceci afin d’en conserver toutes les propriétés détersives, surtout en ce qui concerne l’hygiène corporelle.

La saponification à froid, un procédé ancestral de fabrication du savon

La saponification est le procédé par excellence de la fabrication du savon depuis toutes ces années. Il en existe deux types, à savoir la saponification à froid qui est un procédé de fabrication artisanal et la saponification à chaud qui est un procédé de fabrication plus industriel.

La saponification à chaud ou l’industrialisation du savon

La saponification à chaud est le procédé qui a le mieux permis l’industrialisation et la production de masse. En effet, ce procédé de fabrication qui consiste à chauffer le savon pour qu’il se mélange plus rapidement avec la soude est très prisé des industriels du fait de la rapidité du processus.

Le problème, c’est que les propriétés des ingrédients végétaux contenus dans le savon sont modifiées et ne sont plus aussi efficaces, surtout pour l’hygiène corporelle. De plus, il faut séparer la glycérine naturelle contenue dans le savon lors de ce procédé.

Pourtant, cette glycérine naturelle est reconnue pour son gras et ses effets nourrissants pour la peau et même les peaux malades.

La saponification à Froid, entre modernité et respect des normes ancestrales

Pour ce qui est de la fabrication du savon, tout a toujours été une question de qualité. C’est pourquoi les premiers fabricants de savon favorisaient un procédé artisanal et en petite quantité plutôt qu’un procédé industriel pour une production de masse. Ainsi, la saponification à froid est le procédé de fabrication qui a le mieux su garder cette magnifique tradition. C’est l’une des raisons pour laquelle les savons saponifiés à froid recommencent à être de plus en plus prisés de nos jours.

En effet, contrairement au procédé de fabrication à chaud, le processus de fabrication exige de conserver toutes les propriétés nutritives des ingrédients végétaux du savon, et même de la fameuse glycérine naturelle. Il ne faut donc rien chauffer, mais il faut attendre que le mélange des ingrédients se fasse à froid, ce qui demande beaucoup plus de temps, rendant donc difficile une quelconque production de masse.

Produit lié à cet article

savon artisanal bio
se laver avec un shampoing savon artisanal bio se laver avec un shampoing savon artisanal bio se laver avec un shampoing savon artisanal bio

Savon & Shampoing Solide Bio - Orties

Se laver avec le savon et shampoing solide bio aux orties de Mamie Savon, c’est... Faire le choix d'un véritable savon artisanal qui nettoie les peaux fragiles sans les agresser Faire des économies : un seul savon...

Voir le produit

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.

MADE IN FRANCE

SAF

VEGAN

100 % BIO